France-Bélarus

Découverte du Bélarus (anciennement Biélorussie)

« Putler » lance une opération militaire en Ukraine

24/02/2022

Le président russe Vladimir Poutine a annoncé jeudi le début d’une « opération militaire » en Ukraine où de puissantes explosions et les sirènes d’alerte aérienne ont retenti dans plusieurs villes, Kiev affirmant qu’une « invasion de grande ampleur » était en cours. Dans une adresse à la nation, le président ukrainien Volodymyr Zelensky, a proclamé la loi martiale dans tout le pays. « Pas de panique », « nous allons vaincre », a-t-il affirmé. Peu après la déclaration surprise à la télévision du maître du Kremlin, qui a dit vouloir défendre les séparatistes prorusses de l’est de l’Ukraine, une série d’explosions ont été entendues à Kiev. Les sirènes d’alerte aérienne ont retenti dans la capitale ainsi qu’à Lviv, la ville de l’ouest où les Etats-Unis et plusieurs autres pays ont déplacé leurs ambassades.

Dans le métro de Kiev, des dizaines d’habitants tentaient de se mettre à l’abri ou de prendre un train, valise à la main pour quitter la ville. Des explosions ont également été entendues à Kramatorsk, ville dans l’est qui sert de quartier-général à l’armée ukrainienne, à Kharkiv, deuxième ville du pays, et à Odessa, sur la mer Noire. La Russie a affirmé avoir détruit des bases aériennes et la défense anti-aérienne ukrainienne, tandis que Kiev a revendiqué avoir abattu cinq avions et un hélicoptère russes. Le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kouleba, a dénoncé le début d’une « invasion de grande ampleur » par la Russie. Cette opération vise à « détruire l’État ukrainien, s’emparer de son territoire par la force et établir une occupation », a renchéri son ministère dans un communiqué. L’Ukraine a également annoncé la fermeture de son espace aérien pour l’aviation civile et les vols ont été annulés depuis les aéroports des grandes villes du sud de la Russie, à proximité de l’Ukraine.

« PRÉSIDENT POUTINE, AU NOM DE L’HUMANITÉ, RAMENEZ VOS TROUPES EN RUSSIE ! »

L’armée russe a toutefois assuré viser les sites militaires ukrainiens avec des « armes de haute précision », ce qu’a semblé reconnaître le président ukrainien en indiquant que la Russie avait effectué des frappes contre des infrastructures militaires et des garde-frontières ukrainiens. L’ambassadeur de Russie à l’ONU, Vassily Nebenzia, est allé au-delà, affirmant que son pays ciblait « la junte au pouvoir à Kiev ». La décision du président russe, qui intervient après des mois de tensions et d’efforts diplomatiques pour éviter une guerre, a aussitôt déclenché une vague de condamnations internationales. « Président Poutine, au nom de l’humanité, ramenez vos troupes en Russie! », a lancé le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres, visiblement éprouvé, lors d’une réunion d’urgence du Conseil de sécurité. Le président américain Joe Biden a dénoncé une « attaque injustifiée » qui provoquera « des souffrances et pertes de vies humaines ». « Le monde exigera des comptes à la Russie », a-t-il promis. Il s’est également entretenu tôt jeudi avec le président ukrainien, lui promettant son soutien.

« DÉNAZIFICATION DE L’UKRAINE », DIT LE MAÎTRE DU KREMLIN

Le chef de l’Otan Jens Stoltenberg a condamné une « attaque téméraire et non provoquée » par la Russie. Une réunion d’urgence des ambassadeurs de l’Otan a été décidée jeudi matin. Le chancelier allemand Olaf Scholz a dénoncé de son côté « une violation éclatante » du droit international, tandis que la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen s’est engagée à demander à Moscou de « rendre des comptes ». Vladimir Poutine « a choisi la voie de l’effusion de sang et de la destruction en lançant cette attaque non provoquée », a affirmé le Premier ministre britannique Boris Johnson. Après s’être entretenu avec plusieurs dirigeants étrangers jeudi matin, M. Zelensky a appelé à « une coalition anti-Poutine » mondiale pour « contraindre la Russie à la paix ». « J’ai pris la décision d’une opération militaire spéciale », a annoncé à l’aube M. Poutine dans une déclaration à la télévision. « Nous nous efforcerons d’arriver à une démilitarisation et une dénazification de l’Ukraine », a dit le maître du Kremlin assis à un bureau en bois sombre. « Nous n’avons pas dans nos plans une occupation des territoires ukrainiens, nous ne comptons imposer rien par la force à personne », a-t-il assuré, appelant les militaires ukrainiens « à déposer les armes ».

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

La tour de Kamenets « Belaya vezha »

La tour de Kamenets « Belaya vezha »

La Tour de Kamenetskaya « Belaya vezha » est un splendide exemple de l’architecture militaire, avec une hauteur de 30 m et un diamètre de 13,6 m, elle est la copie parfaite d’une tour de jeu d’échecs.

Школа сыраробства PasterMilk

Школа сыраробства PasterMilk

Віншуем усіх сыравары і аматараў сыроў з адкрыццём Ecole PasterMilk. Школа Сыравараны пачала сваю працу і запрашае ўсіх хто хацеў бы атрымаць практычныя веды французскага сыраробства.

Le métro de Minsk parmi les moins chers d’Europe

Le métro de Minsk parmi les moins chers d’Europe

InInsider a classé les capitales les moins chères du continent sur la base du coût de base d’un tarif, ou de la durée minimale du trajet, entre deux gares de leur réseau de transports en commun. Minsk et Kiev se partagent la première place du classement.

Concert Paris-Minsk

Concert Paris-Minsk

Shuma, projet le plus populaire de la scène électronique biélorusse, aura l’honneur d’ouvrir la soirée musicale. Son clip « Clouds » est entré dans la short list du festival « Gulf of Naples Independent Film Festival ». Le concert « Minsk - Paris » sera également...

Au Bélarus, l’histoire oubliée des « enfants de France » rapatriés en URSS

Au Bélarus, l’histoire oubliée des « enfants de France » rapatriés en URSS

Quand elle a embarqué dans un bateau pour l’URSS il y a 70 ans, Ianina Statchko était loin de s’imaginer qu’elle ne reverrait plus son pays natal: la France. Cette retraitée de 88 ans vivant au Bélarus fait partie de ces « enfants de France », comme les a surnommés la presse bélarusse, emmenés par leurs parents qui avaient cru aux sirènes de la propagande soviétique et répondu à la vague de rapatriement lancée par Moscou.