France-Bélarus

Découverte du Bélarus (anciennement Biélorussie)

Heurts entre manifestants et police après une présidentielle disputée

10/08/2020

Des heurts ont éclaté dimanche soir au Bélarus entre manifestants et forces de l’ordre après une présidentielle tendue ayant opposé le chef de l’Etat Alexandre Loukachenko, donné largement en tête, et une rivale inattendue qui revendique le soutien d’une « majorité ».

Peu après l’annonce d’un sondage officiel donnant gagnant à près de 80% le président sortant, au pouvoir depuis 1994, les partisans de l’opposition à Minsk se sont rassemblés malgré les avertissements des autorités, qui ont déployé un important dispositif anti-émeute.



Des médias russes et bélarusses ont rapporté l’utilisation de grenades assourdissantes et de canons à eau, ainsi que des heurts avec les manifestants et des arrestations. Selon ces mêmes médias, des rassemblements ont lieu en plusieurs endroits de la capitale, Minsk, et à Brest, Kobryn, Pinsk, Baranovitchi, Gomel, Grodno, parmi d’autres.

Un journaliste de l’AFP a quant à lui entendu l’explosion de grenades sonores près du monument Stella de la capitale et vu les forces de l’ordre, équipées de boucliers, se diriger vers des manifestants. Le site était cependant inaccessible du fait d’un important dispositif sécuritaire. La police déployée en très grand nombre y a repoussé des centaines de manifestants, selon des images du site de la radio RFE/RL.

Des vidéos, filmées par des témoins et rediffusées par des médias locaux, montraient des foules disparates se rassembler. Par endroit, des policiers les dispersaient en recourant à la force.

Un photographe de l’AFP a vu des manifestants conspuer des policiers, quand d’autres brandissaient des drapeaux symbolisant l’opposition devant des cordons des forces de l’ordre barrant des axes du centre de Minsk.

En posant son bulletin dans l’urne plus tôt dimanche, Alexandre Loukachenko avait promis qu’il n’y aurait ni « perte de contrôle » ni « chaos » dans le pays.

« Vaincu notre peur »

La campagne électorale pour la présidentielle a été marquée par une mobilisation sans précédent en faveur d’une nouvelle venue en politique, Svetlana Tikhanovskaïa, 37 ans, professeur d’anglais de formation. Elle a réussi, dans un pays qui n’a jamais connu d’opposition forte, à rassembler des foules à ses meetings.

Elle estimé dimanche soir que « la majorité » de ses concitoyens la soutenait, alors que le sondage officiel réalisé à la sortie des bureaux de vote lui accordait 6,8% des voix, contre 79,7% à Alexandre Loukachenko.

La journée de vote a été marquée par une atmosphère tendue et des queues géantes aux bureaux de vote, qualifiées par la Commission électorale de « sabotage » de la présidentielle et de « provocation » organisée par l’opposition.

Mme Tikhanovskaïa avait aussi recommandé à ses partisans de porter des bracelets blancs et de prendre en photo leur bulletin pour permettre un comptage indépendant.

« Je considère que nous avons déjà gagné car nous avons vaincu notre peur », a encore dit Mme Tikhanovskaïa, qui avait dénoncé ces derniers jours des « fraudes éhontées » orchestrées par le pouvoir.

Le nombre d’observateurs a été réduit au minimum et les observateurs internationaux indépendants n’ont pas pu venir.

Des résultats officiels sont attendus vers 02H00 locales lundi (23H00 GMT dimanche). La participation s’est établie à 84,5%, selon les chiffres officiels.

« Impitoyable »

Le pouvoir avait redoublé d’efforts pour enrayer l’essor de Svetlana Tikhanovskaïa après une campagne historique organisée avec deux autres femmes, Véronika Tsepkalo, compagne d’un opposant exilé, et Maria Kolesnikova, directrice de campagne d’un ex-banquier emprisonné alors qu’il souhaitait se présenter.

La cheffe de son QG de campagne, Maria Moroz, avait été arrêtée tout comme neuf autres collaborateurs et Maria Kolesnikova brièvement interpellée. Dimanche, Véronika Tsepkalo a préféré partir en Russie.

Dans ce contexte, beaucoup craignent que la répression puisse s’accentuer en cas de contestation populaire.

« Connaissant la nature impitoyable de Loukachenko, quiconque s’intéresse au Bélarus s’inquiètera pour le peuple bélarusse dans les prochains jours », affirme à l’AFP Nigel Gould-Davies, analyste à l’International Institute for Strategic Studies et ancien ambassadeur britannique à Minsk.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Школа сыраробства PasterMilk

Школа сыраробства PasterMilk

Віншуем усіх сыравары і аматараў сыроў з адкрыццём Ecole PasterMilk. Школа Сыравараны пачала сваю працу і запрашае ўсіх хто хацеў бы атрымаць практычныя веды французскага сыраробства.

Le métro de Minsk parmi les moins chers d’Europe

Le métro de Minsk parmi les moins chers d’Europe

InInsider a classé les capitales les moins chères du continent sur la base du coût de base d’un tarif, ou de la durée minimale du trajet, entre deux gares de leur réseau de transports en commun. Minsk et Kiev se partagent la première place du classement.

Concert Paris-Minsk

Concert Paris-Minsk

Shuma, projet le plus populaire de la scène électronique biélorusse, aura l’honneur d’ouvrir la soirée musicale. Son clip « Clouds » est entré dans la short list du festival « Gulf of Naples Independent Film Festival ». Le concert « Minsk - Paris » sera également...

Au Bélarus, l’histoire oubliée des « enfants de France » rapatriés en URSS

Au Bélarus, l’histoire oubliée des « enfants de France » rapatriés en URSS

Quand elle a embarqué dans un bateau pour l’URSS il y a 70 ans, Ianina Statchko était loin de s’imaginer qu’elle ne reverrait plus son pays natal: la France. Cette retraitée de 88 ans vivant au Bélarus fait partie de ces « enfants de France », comme les a surnommés la presse bélarusse, emmenés par leurs parents qui avaient cru aux sirènes de la propagande soviétique et répondu à la vague de rapatriement lancée par Moscou.

Le Bélarus accueille les Jeux européens 2019

Le Bélarus accueille les Jeux européens 2019

Les Jeux européens, organisés pour la première fois en 2015 à Bakou, se dérouleront pour leur deuxième édition en 2019 à Minsk, ont annoncé les Comités olympiques européens.