France-Bélarus

Découverte du Bélarus (anciennement Biélorussie)

La mobilisation se poursuit, l’UE annonce des sanctions

14/08/2020

La principale candidate de l’opposition à la présidentielle du Bélarus a appelé à des rassemblements « de masse » pendant le week-end et les manifestations et les débrayages se sont multipliés vendredi, signe d’une contestation croissante du pouvoir du président Loukachenko malgré une brutale répression.

Après une réunion à Bruxelles, l’Union européenne a donné son accord à des sanctions contre des responsables bélarusses liés à des violences ou des fraudes électorales, à l’heure où affluent les témoignages de tortures infligées aux manifestants détenus.

En fin de soirée, plusieurs milliers de contestataires étaient rassemblés près du siège du gouvernement à Minsk, face à une faible présence policière. D’autres circulaient dans des rues adjacentes, soutenus par les klaxons des automobilistes.

Une journaliste de l’AFP a assisté à de brèves scènes de fraternisation entre de jeunes conscrits et des manifestants. « Svetlana, présidente ! », ont scandé des contestataires.

L’opposante Svetlana Tikhanovskaïa, qui s’est réfugiée en Lituanie en début de semaine, s’est exprimée pour la première fois depuis mardi pour appeler à des rassemblements pacifiques dans son pays les 15 et 16 août.

Des protestataires ont en outre appelé à se réunir samedi aux funérailles d’un manifestant tué à Minsk.

Jugeant la situation « critique », Svetlana Tikhanovskaïa a accusé le pouvoir de « massacre » et de nouveau revendiqué la victoire à la présidentielle du 9 août.

Dans un communiqué, elle a annoncé la création d’un comité pour organiser le transfert du pouvoir et demandé à la communauté internationale de « faciliter un dialogue » avec les autorités.

De son côté, Alexandre Loukachenko a appelé les forces de sécurité à une « certaine retenue ».

Au cours d’une réunion gouvernementale, il a accusé la Pologne, les Pays-Bas et l’Ukraine d’être à l’origine des manifestations, ainsi que l’opposant russe Alexeï Navalny et l’organisation de l’ex-oligarque en exil Mikhaïl Khodorkovski.

« Une agression est en cours contre notre pays ! », a soutenu le chef de l’Etat bélarusse.

Vendredi, les débrayages dans les usines se sont répandus comme la veille pour dénoncer la brutalité de la police et les fraudes électorales.

Des centaines d’ouvriers sont sortis des ateliers des usines de tracteurs (MTZ) et de camions et d’autobus (MAZ), emblématiques du système socio-économique promu par M. Loukachenko.

Frappés, brûlés, électrocutés

Depuis jeudi, confrontées à des milliers de personnes vêtues de blanc, tenant des fleurs et formant des chaînes humaines le long des rues, les autorités bélarusses ont donné des signes de recul.

Les forces antiémeutes n’ont pas dispersé ces derniers rassemblements à coups de matraques et d’armes antiémeutes, contrairement aux manifestations précédentes.

Les autorités ont aussi annoncé la libération de plus de 2.000 des 6.700 personnes arrêtées depuis dimanche.

Celles interrogées par l’AFP ont raconté des conditions de détention atroces. Privées d’eau, de nourriture et de sommeil, passées à tabac ou brûlées avec des cigarettes, elles étaient en outre incarcérées par dizaines dans des cellules prévues pour quatre ou six.

« Mon dos est couvert de bleus après des coups de matraque », a raconté Maxim Dovjenko, 25 ans, assurant avoir été arrêté et frappé alors même qu’il n’avait pas participé aux manifestations.

Mikhaïl Tchernenkov, un entrepreneur de 43 ans, a quant à lui raconté avoir été électrocuté et matraqué, tandis que l’ONG Amnesty international a signalé des cas de manifestants « mis à nu, battus et menacés de viol ».

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Белорусская, русская и украинская диаспора собрались сегодня на площади Трокадеро в Париже

Белорусская, русская и украинская диаспора собрались сегодня на площади Трокадеро в Париже

Белорусская, русская и украинская диаспора собрались сегодня на площади Трокадеро в Париже, чтобы осудить НЕЗАКОННЫЙ арест российского политического активиста Алексея Навального и потребовать его немедленного освобождения, а также всех политических заключенных в России и Беларуси.

Face à la contestation, investiture en catimini pour Loukachenko

Face à la contestation, investiture en catimini pour Loukachenko

Le président bélarusse Alexandre Loukachenko, confronté à un mouvement de contestation post-électoral inédit, a prêté serment mercredi dans le secret pour un sixième mandat, avant de proclamer que la « révolution » voulue par ses détracteurs a échoué.

Heurts entre manifestants et police après une présidentielle disputée

Heurts entre manifestants et police après une présidentielle disputée

Des heurts ont éclaté dimanche soir au Bélarus entre manifestants et forces de l’ordre après une présidentielle tendue ayant opposé le chef de l’Etat Alexandre Loukachenko, donné largement en tête, et une rivale inattendue qui revendique le soutien d’une « majorité ».

La tour de Kamenets « Belaya vezha »

La tour de Kamenets « Belaya vezha »

La Tour de Kamenetskaya « Belaya vezha » est un splendide exemple de l’architecture militaire, avec une hauteur de 30 m et un diamètre de 13,6 m, elle est la copie parfaite d’une tour de jeu d’échecs.