France-Bélarus

Découverte du Bélarus (anciennement Biélorussie)

La mobilisation se poursuit, l’UE annonce des sanctions

14/08/2020

La principale candidate de l’opposition à la présidentielle du Bélarus a appelé à des rassemblements « de masse » pendant le week-end et les manifestations et les débrayages se sont multipliés vendredi, signe d’une contestation croissante du pouvoir du président Loukachenko malgré une brutale répression.

Après une réunion à Bruxelles, l’Union européenne a donné son accord à des sanctions contre des responsables bélarusses liés à des violences ou des fraudes électorales, à l’heure où affluent les témoignages de tortures infligées aux manifestants détenus.

En fin de soirée, plusieurs milliers de contestataires étaient rassemblés près du siège du gouvernement à Minsk, face à une faible présence policière. D’autres circulaient dans des rues adjacentes, soutenus par les klaxons des automobilistes.

Une journaliste de l’AFP a assisté à de brèves scènes de fraternisation entre de jeunes conscrits et des manifestants. « Svetlana, présidente ! », ont scandé des contestataires.

L’opposante Svetlana Tikhanovskaïa, qui s’est réfugiée en Lituanie en début de semaine, s’est exprimée pour la première fois depuis mardi pour appeler à des rassemblements pacifiques dans son pays les 15 et 16 août.

Des protestataires ont en outre appelé à se réunir samedi aux funérailles d’un manifestant tué à Minsk.

Jugeant la situation « critique », Svetlana Tikhanovskaïa a accusé le pouvoir de « massacre » et de nouveau revendiqué la victoire à la présidentielle du 9 août.

Dans un communiqué, elle a annoncé la création d’un comité pour organiser le transfert du pouvoir et demandé à la communauté internationale de « faciliter un dialogue » avec les autorités.

De son côté, Alexandre Loukachenko a appelé les forces de sécurité à une « certaine retenue ».

Au cours d’une réunion gouvernementale, il a accusé la Pologne, les Pays-Bas et l’Ukraine d’être à l’origine des manifestations, ainsi que l’opposant russe Alexeï Navalny et l’organisation de l’ex-oligarque en exil Mikhaïl Khodorkovski.

« Une agression est en cours contre notre pays ! », a soutenu le chef de l’Etat bélarusse.

Vendredi, les débrayages dans les usines se sont répandus comme la veille pour dénoncer la brutalité de la police et les fraudes électorales.

Des centaines d’ouvriers sont sortis des ateliers des usines de tracteurs (MTZ) et de camions et d’autobus (MAZ), emblématiques du système socio-économique promu par M. Loukachenko.

Frappés, brûlés, électrocutés

Depuis jeudi, confrontées à des milliers de personnes vêtues de blanc, tenant des fleurs et formant des chaînes humaines le long des rues, les autorités bélarusses ont donné des signes de recul.

Les forces antiémeutes n’ont pas dispersé ces derniers rassemblements à coups de matraques et d’armes antiémeutes, contrairement aux manifestations précédentes.

Les autorités ont aussi annoncé la libération de plus de 2.000 des 6.700 personnes arrêtées depuis dimanche.

Celles interrogées par l’AFP ont raconté des conditions de détention atroces. Privées d’eau, de nourriture et de sommeil, passées à tabac ou brûlées avec des cigarettes, elles étaient en outre incarcérées par dizaines dans des cellules prévues pour quatre ou six.

« Mon dos est couvert de bleus après des coups de matraque », a raconté Maxim Dovjenko, 25 ans, assurant avoir été arrêté et frappé alors même qu’il n’avait pas participé aux manifestations.

Mikhaïl Tchernenkov, un entrepreneur de 43 ans, a quant à lui raconté avoir été électrocuté et matraqué, tandis que l’ONG Amnesty international a signalé des cas de manifestants « mis à nu, battus et menacés de viol ».

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Школа сыраробства PasterMilk

Школа сыраробства PasterMilk

Віншуем усіх сыравары і аматараў сыроў з адкрыццём Ecole PasterMilk. Школа Сыравараны пачала сваю працу і запрашае ўсіх хто хацеў бы атрымаць практычныя веды французскага сыраробства.

Le métro de Minsk parmi les moins chers d’Europe

Le métro de Minsk parmi les moins chers d’Europe

InInsider a classé les capitales les moins chères du continent sur la base du coût de base d’un tarif, ou de la durée minimale du trajet, entre deux gares de leur réseau de transports en commun. Minsk et Kiev se partagent la première place du classement.

Concert Paris-Minsk

Concert Paris-Minsk

Shuma, projet le plus populaire de la scène électronique biélorusse, aura l’honneur d’ouvrir la soirée musicale. Son clip « Clouds » est entré dans la short list du festival « Gulf of Naples Independent Film Festival ». Le concert « Minsk - Paris » sera également...

Au Bélarus, l’histoire oubliée des « enfants de France » rapatriés en URSS

Au Bélarus, l’histoire oubliée des « enfants de France » rapatriés en URSS

Quand elle a embarqué dans un bateau pour l’URSS il y a 70 ans, Ianina Statchko était loin de s’imaginer qu’elle ne reverrait plus son pays natal: la France. Cette retraitée de 88 ans vivant au Bélarus fait partie de ces « enfants de France », comme les a surnommés la presse bélarusse, emmenés par leurs parents qui avaient cru aux sirènes de la propagande soviétique et répondu à la vague de rapatriement lancée par Moscou.

Le Bélarus accueille les Jeux européens 2019

Le Bélarus accueille les Jeux européens 2019

Les Jeux européens, organisés pour la première fois en 2015 à Bakou, se dérouleront pour leur deuxième édition en 2019 à Minsk, ont annoncé les Comités olympiques européens.