Marc Chagall, un peintre à la fenêtre Nice, musée national Marc Chagall (du 26 juin au 13 octobre 2008)

, par  France-Belarus.com , popularité : 8%

La fenêtre est-elle une ouverture sur le monde ou sur l’image ? Chagall en fait un objet de recherche qui ne cessera d’être présent dans son œuvre.

En 1435, Alberti propose dans son traité Della Pittura, une lecture nouvelle de la définition de la fenêtre et de son rôle dévolu dans la peinture : ouverture sur le monde ou sur la nature ? A la frontière de l’intime et de l’ouvert, la fenêtre sera fréquemment traitée par les peintres tout au long des siècles qui vont suivre.

Mais c’est surtout, après le XVIIe siècle hollandais, si attaché à sa représentation et à la fin du XIXe et au XXe siècle qu’elle va devenir un des sujets centraux pour les créateurs. Bonnard, Dufy, Matisse, Picasso, Delaunay, Marquet …, bien d’autres encore. Chagall, de son côté en fait un objet de recherche privilégié.

"Le regard de […] Marc Chagall aura été littéralement habité – nous risquerions même le terme « construit » – par la fenêtre. Omniprésente dans les toiles de jeunesse comme dans les plus récentes, la fenêtre dit bien la manière d’opérer de l’artiste. Tournant le dos aux pratiques pleinairistes, celles des générations précédentes, ne peignant qu’occasionnellement sur le vif, Marc Chagall regarde le spectacle du monde à partir de la fenêtre." Extraits du catalogue. Maurice Frechuret, Un peintre accoudé à sa fenêtre.

Marc Chagall (1887-1985) Autoportrait en vert, 1914. Centre Georges Pompidou ADAGP, Paris 2008 Photo CNAC / MNAM, Dist. RMN Philippe Migeat Comme il ne peint pas sur le motif, c’est la plupart du temps par la fenêtre qu’il découvre le paysage. La fenêtre n’est pas toujours visible, mais c’est la vue plongeante qui établit sa présence virtuelle. Elle permet alors une lecture renouvelée de l’œuvre autour de la forme plus que de la couleur, aspect jusque-là peu étudié pour cet artiste.

En poursuivant l’œuvre entier, il est possible d’établir une typologie de la fenêtre en tant qu’espace médian : elle est tour à tour fantastique et fantasmatique, ouvrant alors sur le monde du rêve ou du cauchemar. Elle est réaliste, avec une étonnante précision descriptive et aussi bien classique revisité quand elle encadre la nature morte. Elle peut enfin devenir une démonstration du travail formel du peintre, en lien avec les mouvements de l’art à son époque.

Commissariat d’exposition : Maurice Fréchuret, conservateur en chef du patrimoine, directeur des musées nationaux du XXe siècle des Alpes-Maritimes. Elisabeth Pacoud-Rème, chargée d’études documentaires, chargée des collections au musée national Marc Chagall. Markus Müller, directeur du Graphikmuseum Pablo Picasso, Münster

Informations pratiques :
- Avenue Docteur Ménard - 06000 Nice
- Tél : 04 93 53 87 20
- Ouverture : tous les jours sauf le mardi de 10h à 18h
- Accès : Gare SNCF-Nice, bus n°15 : arrêt musée Chagall, en voiture : itinéraire fléché depuis le centre-ville.

Navigation

AgendaTous les événements

novembre 2017 :

Rien pour ce mois

octobre 2017 | décembre 2017