L’élection présidentielle tenue en Biélorussie Bruxelles, 23 mars 2006

, par  France-Belarus.com , popularité : 7%

L’Union européenne s’engage à renforcer encore son soutien en faveur de la société civile et de la démocratisation de ce pays.

ELECTION PRESIDENTIELLE EN BIELORUSSIE

DECLARATION DE LA PRESIDENCE AU NOM DE L’UNION EUROPEENNE

L’Union européenne a pris note des conclusions préliminaires formulées par la mission internationale d’observation des élections du BIDDH (OSCE), qui constatent notamment que l’élection présidentielle tenue en Biélorussie n’a pas satisfait aux obligations prévues par l’OSCE en matière d’élections démocratiques.

L’Union européenne souscrit à cette analyse. Elle déplore en particulier l’utilisation arbitraire du pouvoir d’Etat, l’absence de conditions équitables, les intimidations systématiques, l’étouffement des voix indépendantes et les problèmes liés au vote anticipé ainsi qu’au décompte et au dépouillement des bulletins, que les observateurs de l’OSCE ont signalés. Elle déplore également que certains observateurs de l’OSCE et de l’Union européenne, y compris des membres du Parlement européen, dont la présence avait été annoncée et qui étaient enregistrés, n’aient pas été admis sur le territoire biélorusse.

Au vu de ces carences, l’Union européenne considère que le scrutin présidentiel organisé en Biélorussie était fondamentalement entaché d’irrégularités.

Compte tenu de ce qui précède, l’Union européenne examinera des mesures restrictives à l’encontre des auteurs de violations des normes internationales en matière d’élections, conformément aux conclusions que le Conseil a adoptées le 30 janvier 2006 et le 7 novembre 2005. Nous agirons en étroite coordination avec nos partenaires internationaux, en particulier les Etats-Unis.

L’Union européenne souhaite développer des relations plus étroites avec la population biélorusse ; aussi déplore-t-elle la politique d’isolement dans laquelle se sont enfermées les autorités biélorusses. L’Union est particulièrement déçue de constater que, en agissant de la sorte, celles-ci empêchent la population biélorusse de bénéficier des avantages offerts par la politique européenne de voisinage.

Au cours de cette campagne électorale, l’Union européenne a assisté à l’émergence de forces pluralistes et à la constitution d’une véritable opposition biélorusse ainsi que d’une société civile politiquement active. Dans des circonstances très difficiles et au prix de risques personnels importants, les candidats de l’opposition et leurs partisans ont présenté à la population biélorusse une alternative démocratique. Leurs efforts méritent notre reconnaissance et notre soutien. L’Union européenne s’engage à renforcer encore son soutien en faveur de la société civile et de la démocratisation de ce pays.

L’Union européenne demande instamment aux autorités biélorusses de permettre à la population d’exercer son droit à la liberté de réunion et à la liberté d’expression, conformément aux engagements qu’elles ont pris dans le cadre de l’OSCE. L’Union est gravement préoccupée par le fait que le gouvernement biélorusse continue de menacer les personnes qui exercent leurs droits politiques et de les placer en détention. Nous demandons aux autorités biélorusses de libérer immédiatement les personnes incarcérées. L’Union invite également ses partenaires internationaux, notamment les pays voisins de la Biélorussie, à adopter la même approche à l’égard de celle-ci.

Navigation

AgendaTous les événements

novembre 2017 :

Rien pour ce mois

octobre 2017 | décembre 2017