Le laboratoire CRIIRAD-BANDAZHEVSKY en Biélorussie dans les zones contaminées par Tchernobyl Le 26 avril 2005

, par  France-Belarus.com , popularité : 6%

Cette question est cruciale car en Ukraine, Russie et surtout au Bélarus (ex-Biélorussie) des millions de personnes vivent aujourd’hui encore dans les zones contaminées par Tchernobyl et sont contraintes de s’alimenter avec des denrées contaminées.

L’objectif est d’installer un laboratoire biomédical à Minsk, au Bélarus, pays le plus touché par Tchernobyl et de permettre la poursuite des recherches du professeur Youri Bandazhevsky sur les processus pathologiques dus à l’incorporation chronique de radionucléides dans l’organisme via l’alimentation, et en particulier, sur la santé des enfants et les effets nocifs du césium 137.

Ce laboratoire sera dirigé par Galina Bandazhevskaya, médecin pédiatre et cardiologue, en attendant la libération de son mari le Pr. Youri Bandazhevsky qui est toujours en relégation. Elle a été embauchée par la CRIIRAD et son contrat prendra effet officiellement le 26 avril 2005, date anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl.

Ce laboratoire sera géré par la CRIIRAD, avec les mêmes garanties éthiques de compétence, d’indépendance et de transparence que son laboratoire d’analyses de Valence en France.

« (...) Je voudrais souligner que la CRIIRAD réunit des personnes qui œuvrent sans compromission pour une juste interprétation des résultats des études sur les conséquences sanitaires de l’accident de Tchernobyl. Son action pour informer l’opinion publique des travaux montrant les effets nocifs des rayonnements ionisants mérite un grand respect. L’activité de la CRIIRAD est très proche de mes convictions. Aujourd’hui c’est avec cette organisation scientifique que je veux coopérer, c’est avec elle que je veux poursuivre mes recherches scientifiques. La création d’un petit laboratoire spécialisé en partenariat avec la CRIIRAD me permettrait de vérifier mes idées et mes hypothèses, qui peuvent se transformer, par la suite, en étude scientifique de grande ampleur. Ce projet me donne de l’espoir, le désir de vivre, de travailler, et de lutter contre les adversités de la vie (...) ».

"Le travail qui sera réalisé dans ce nouveau laboratoire de Minsk est en totale adéquation avec les missions fondamentales de la CRIIRAD qui sont la recherche et l’information Ce qui se joue au Bélarus est essentiel pour notre avenir. Si nous voulons connaître un jour le véritable impact de la catastrophe de Tchernobyl, nous devons disposer de sources d’information fiables, en particulier dans les pays les plus touchés. Il faut que les recherches puissent être conduites par des scientifiques indépendants des industriels. Ce n’est pas le cas aujourd’hui, les bilans de la catastrophe de Tchernobyl qui nous parviennent passent par le filtre des grandes organisations pro nucléaire. Comment s’opposer au poids des chiffres et des études si l’on n’a rien de concret à présenter en face ? « C’est à partir de cette même interrogation qu’en 1986 de simples citoyens ont éprouvé la nécessité de disposer d’un laboratoire spécialisé dans les mesures de radioactivité pour faire face à la minoration systématique des chiffres et au refus de protéger la population française en créant la CRIIRAD (...) ».

Navigation

AgendaTous les événements

novembre 2017 :

Rien pour ce mois

octobre 2017 | décembre 2017