Fête de l’indépendance de la Biélorussie Le 25 Août 1991 - 2007

, par  France-Belarus.com , popularité : 7%

En juillet 1990, la Biélorussie déclara sa souveraineté dans le cadre de l’URSS suite à des protestations au sein de la population, et l’indépendance fut proclamée le 25 août 1991, après la chute du communisme.

Aleksandre Loukachenko sortira vainqueur des premières élections présidentielles en 1994 et fonda la CEI avec la Russie. C’est ainsi que 82,4 % des votants - qui n’ont jamais voulu l’indépendance pleine et entière de leur république - se sont prononcés pour une intégration économique avec le grand frère russe, tandis que 83 % ont décidé de faire du russe la deuxième langue officielle du pays. L’ampleur du plébiscite a permis au président d’envisager une poursuite de l’intégration économique avec des liens encore plus étroits qu’à l’époque soviétique.

Les principaux secteurs économiques du pays sont la fabrication de machines pour la métallurgie, de tracteurs, de poids lourds, de motos, de fibres synthétiques, d’engrais, de textiles et de réfrigérateurs.

La croissance réelle du produit intérieur brut était de 9,9 % en 2006, le taux d’inflation de 6,6 % et le taux officiel de chômage de 1,2%, ce dernier étant de 7% officieusement.


BIELORUSSIE ( mars 2007 )

Situation économique - croissance soutenue pour l’année 2006

L’année 2006 s’est clôturée par une croissance économique de 9,9% du PIB, ce qui témoigne d’une amélioration par rapport à 2005 (9,2%) et d’un léger ralentissement par rapport au premier semestre de l’année 2006 (10,9%). L’inflation a atteint 6,6% pour la période considérée, en nette diminution par rapport à 2005 (10,3%), confirmant ainsi le retour du pays, entamé en 2005, dans la moyenne de la CEI.

La bonne tenue de l’économie biélorusse en 2006 reflète principalement un environnement international favorable (prix élevé de ses produits pétroliers à l’exportation, conditions avantageuses d’achat de pétrole brut et de gaz russes) mais s’explique également par une forte demande russe ¿ bien qu’en baisse ¿ pour les produits manufacturés biélorusses, par une augmentation des investissements publics, surtout dans le domaine de la construction, et par une très forte croissance de la consommation des ménages, alimentée, comme en 2005, par une nouvelle hausse des revenus réels (+18% de janvier à novembre 2006). Par rapport à l’exercice précédent, la production industrielle a augmenté de 11,3% en 2006.

D’après les autorités biélorusses, le chômage s’élevait à 1,2% de la population active en décembre 2006 (soit 52.000 chercheurs d’emploi), chiffre toutefois largement sous-estimé selon les experts qui jugent la fourchette 6-7,5% plus conforme à la réalité. Cette différence s’explique par le fait que les autorités tiennent uniquement compte des chiffres avancés par les bureaux d’emploi, auxquels nombre de chômeurs, pour des raisons multiples, évitent de s’inscrire.

Une forte croissance des exportations (+23,5% à 19.739 millions USD) et une augmentation encore plus importante des importations (+33,6% à 22.323 millions USD) ont résulté dans un déficit de la balance commerciale de 2.584 millions USD, en forte hausse par rapport à 2005 (+354%). La hausse des exportations en 2006 est surtout due à une hausse du prix du pétrole, acheté bon marché à la Russie (ce qui n’est plus le cas en 2007, voir point 3) avant d’être raffiné et revendu au prix fort.

A part le pétrole (raffiné), les engrais à base de potassium, les produits pétrochimiques, le bois, les métaux ferreux et le matériel de transport figurent parmi les marchandises les plus exportées alors que le pays a surtout importé des produits minéraux (pétrole brut), des métaux ferreux, des produits chimiques et des produits de l’industrie alimentaire. Même si pour la deuxième année consécutive, la part de l’UE dans le total des exportations (45,85% de janvier à novembre 2006) a dépassé celle de la Russie (34,18% pour la même période), cette dernière demeure toujours de loin, le principal partenaire commercial du Belarus avec 47,6% des échanges, loin devant les Pays-Bas (9,2%), l’Allemagne (5.9%), la Pologne (4,4%), la Grande-Bretagne (4,1%), la Chine (2,2%), les Etats-Unis (1,8%), et l’Italie (1,6%).

Navigation

AgendaTous les événements

novembre 2017 :

Rien pour ce mois

octobre 2017 | décembre 2017