Exposition ’Marc Chagall – Entre Ciel et Terre’ 6 juillet – 19 novembre 2007

, par  France-Belarus.com , popularité : 14%

L’exposition de la Fondation Pierre Gianadda à Martigny, Chagall entre ciel et terre s’inscrit dans une coopération déjà ancienne avec la prestigieuse Galerie nationale Tretiakov de Moscou.

Pour célébrer le cent-vingtième anniversaire de l’artiste – le vernissage aura lieu précisément ce jour-là –, l’exposition de cet été fait écho à la grande manifestation de 1991 « Chagall en Russie », foisonnante d’œuvres créées par l’artiste lors des années passées dans son pays natal. Le public de cette exposition découvrait, pour la première fois, les sept panneaux du Théâtre juif de Moscou, restaurés grâce au soutien de la Fondation Pierre Gianadda, qui ont par la suite fait un triomphe dans de nombreux musées et salles d’expositions du monde entier.
"Au fur et à mesure de mes forces, au cours de ma vie, bien que parfois j’ai l’impression que je suis tout à fait un autre, que je suis né pourrait-on dire entre ciel et terre, que le monde est pour moi un grand désert dans lequel mon âme rode comme un flambeau, j’ai fait ces tableaux à l’unis-son de ce rêve lointain", écrit Marc Chagall en 1973 de son parcours humain et artistique.

L’itinéraire proposé aujourd’hui retrace l’univers poétique de l’artiste qui, tantôt s’accroche à la terre, aux racines, démontrant une vitalité étonnante et sublime d’une herbe qui pousse malgré tout à travers l’asphalte ; tantôt s’envole dans les cieux, se repose sur les nuages, s’approche des divinités, empreigne leur sagesses éternelles, traduit leurs poésies et ses souvenirs pour les transmettre, croyant toujours que « dans l’Art comme dans la Vie, tout est possible si, à la base, il y a l’Amour ».

Terre natale

Marc Chagall naît le 6 juillet 1887 à Vitebsk (Biélorussie) , mélange pittoresque du Shetl juif et du village russe, avec les isbas grises et les maisons peintes de couleurs vives, avec ses habitants truculents, entre synagogues et églises. La famille Chagall est grande et unie. Marc a sept sœurs et un frère. Son père travaille chez le marchand de harengs, il est silencieux, mélancolique, taciturne, sa mère, au contraire est énergique, ouverte, porteuse d’espérance. Vitebsk et son entourage naturel devien-nent pour Chagall l’archétype pictural de la terre natale.

Bella, l’envol

A Vitebsk, le jeune Marc rencontre en 1909, Bella Rosenfeld qui deviendra sa muse et sa femme. Ils se marient en été 1915. C’est avec Bella que Chagall « qui a le cœur si plein » conjugue le bonheur et l’harmonie des sentiments partagés, les deux sont au ciel… Leur fille Ida naît en 1916.

Déplacements et révolutions

Dès sa jeunesse, Chagall comprend que pour affirmer sa volonté : être peintre, il faut se former, s’éloigner de son premier tuteur Pen et de sa ville natale. En 1907, Chagall rejoint Saint-Petersbourg. Grâce à l’allocation d’une bourse, il se rend, via Berlin, à Paris en 1911, où il loue un atelier à La Ruche.

En 1914, il retourne à Berlin pour l’inauguration de sa première grande exposition personnelle à la galerie Der Sturm, puis en juin, quitte l’Allemagne pour Vitebsk. La déclaration de la guerre l’empêche de regagner Paris.

Conséquence de la révolution, Chagall perd sa place au Bureau central d’économie de guerre et retourne à Vitebsk avec sa famille. En 1918, Chagall est nommé commissaire aux beaux-arts de la région de Vitebsk.
Jusqu’en 1920, il occupe une place importante dans la diffusion de l’art, à Petrograd et Vitebsk. Chagall part pour Moscou et est invité à travailler au Théâtre juif Kamerny : il réalise les décors et costumes ainsi que les peintures murales pour la salle de spectacle. Il termine la rédaction de ses mémoires Ma Vie.
Au début de l’été 1922, les Chagall s’expatrient définitivement pour Berlin, puis Paris et la France. Chagall obtient la naturalisation française en 1937. Son œuvre ayant été proclamé « art dégénéré » par le régime nazi, en 1941, Chagall et sa famille décident de fuir la France, pour New York, sur l’invitation du Museum of Modern Art.

« Tout est devenu ténèbres »

Bella Chagall décède le 2 septembre 1944 à New York d’une infection virale. Chagall ne peut pas se remettre au travail, sa fille trouve néanmoins le moyen de le soutenir en l’incitant à illustrer le livre de Bella Lumières allumées. Il réalise ensuite les esquisses des décors, d’un rideau de scène et des costumes pour le ballet L’Oiseau de feu d’Igor Stravinsky dans une chorégraphie de George Balanchine.

« Si toute vie va inévitablement vers sa fin, nous devons, durant la nôtre, la colorier d’amour et d’espoir. »

La vie continue. Ida engage une jeune Anglaise parlant français, Virginia McNeil, pour aider son père. Chagall achète une maison en bois à High Falls et s’y installe avec Virginia qui va partager sa vie durant sept ans. Leur fils David naît le 22 juin 1946.

« De tous temps, le soleil ne brillait pour moi qu’en France (et comment !) » écrit Chagall à l’un de ses correspondants russes après son premier voyage dans le pays.
En 1947, le peintre et Virginia embarquent pour la France. Ils s’installent à Orgeval, aux environs de Paris. Chagall achète la villa Les Collines, près de Nice, en 1950. A partir de là, et pendant deux décennies il se consacre à de nouvelles techniques d’expression artistique : la céramique, la mosaïque, la tapisserie, le vitrail. Rupture avec Virginia McNeil.
Le 22 juillet 1952 le peintre épouse Valentine (Vava) Brodsky.
En 1956, les Editions Tériade publient La Bible avec eaux-fortes de Chagall. « Il m’a toujours semblé (…) que c’est la plus grande source de poésie de tous les temps. Depuis lors, j’ai cherché ce reflet dans la vie et dans l’art. La Bible est comme une résonnance de la nature et ce secret, j’ai essayé de le transmettre. »
Sur la proposition d’André Malraux, ministre de la culture, Chagall peint le nouveau plafond de l’Opéra de Paris inauguré en septembre 1964. Chagall et Vava quittent Vence en 1966 et s’installent à Saint-Paul.
Sur l’invitation du Ministère de la culture de l’URSS, Chagall et Vava se rendent à Moscou et Léningrad en 1973. Cette même année, le Musée national Message Biblique Marc Chagall est inauguré à Nice en présence d’André Malraux. En 1984, Chagall assiste aux vernissages de la rétrospective de son œuvre peint à Saint-Paul-de-Vence et de l’exposition de vitraux et sculptures à Nice. Le 28 mars 1985, Marc Chagall s’éteint dans sa 98e année. Il repose au cimetière de Saint-Paul-de-Vence.

La rétrospective de la Fondation Pierre Gianadda montre les nombreuses facettes de l’art de Chagall, avec un choix exceptionnel de quelque deux cents œuvres de toutes les périodes de sa vie, en provenance des plus grandes collections publiques, notamment : Galerie nationale Tretia-kov, Moscou ; Musée national d’Art moderne, Centre Georges Pompidou, Paris ; Musée national Message Biblique Marc Chagall, Nice ; Kunsthaus de Zurich ; Kunstmuseum de Berne ; Musée d’art moderne et d’art contemporain, Liège ; Tate Gallery, Londres ; Fundación Collección Thyssen-Bornemisza, Madrid ; Göteborgs Konstmuseum ; Le Musée Russe, Saint-Petersbourg, P.M. Dogadine Astrakhan Art Gallery ; Pskov State Museum of History, Architecture and Fine Arts ; Galerie nationale d’Arménie, Yerevan ; Galerie d’Etat, Vladivostok, etc. D’importantes collections privées, européennes et américaines, contribuent également à donner une sonorité par-ticulière à cette exposition qui regroupe peintures, œuvres sur papier auxquelles l’artiste a accordé toute sa vie une grande importance, aquarelles, dessins, sans oublier les gravures, collages et illus-trations de La Bible et de Ma Vie. Le commissariat de l’exposition est assuré par Mme Ekaterina Selezneva, Conservateur en chef de la Galerie nationale Tretiakov, Moscou.

- Exposition Vitraux Chagall
- Du 14 juillet au 4 novembre 2007
- Mardi-dimanche de 10h à 13h et de 14h à 18h
- Fondation Pierre Gianadda
- Rue du Forum 59
- 1920 Martigny (Suisse)

Navigation

AgendaTous les événements

novembre 2017 :

Rien pour ce mois

octobre 2017 | décembre 2017