Actuellement à l’affiche avec ’La guerre n’a pas un visage de femme’, de Svetlana Alexievitch le 20 novembre 2004

, par  France-Belarus.com , popularité : 6%

Svetlana Alexievitch vit à Minsk (Biélorussie). Son travail exceptionnel et dérangeant d’investigation, particulièrement remarqué tant en France qu’à l’étranger, dans Les Cercueils de zinc, lui a valu d’être l’objet de violentes attaques dans son pays et même d’être poursuivie en justice.

Diplômée de la faculté de journalisme de Minsk, Svetlana Alexievitch a commencé sa carrière dans un journal local. Très tôt, elle affûte sa méthode : attentive au son des voix, aux paroles vivantes, elle développe l’interview comme instrument de travail. Ces voix humaines, sensibles, particulières, recueillies au fil des quinze dernières années en Russie, composent aujourd’hui l’un des plus bouleversants témoignages de l’histoire et de la mémoire d’un peuple.

Depuis l’ouverture permise par la perestroïka dans les années quatre-vingt, elle mène en effet un inlassable travail de fouilles au cœur des récents traumatismes de l’histoire soviétique, occultés par le régime, voire refoulés, enfouis par les victimes elles-mêmes. « Nous n’avons pas d’autre choix, dit-elle. Soit nous ferons preuve de courage et apprendrons toute la vérité sur nous-mêmes, soit nous resterons à croupir dans les oubliettes de l’Histoire. »

Après Les Cercueils de zinc, publié en 1990, elle prolonge cette quête de vérité en recueillant les témoignages ou les traces de ceux et celles qui n’ont pas voulu survivre, moralement ou physiquement, à l’effondrement du communisme. Ensorcelés par la mort, paru en 1995, retrace de manière bouleversante la tragédie des « enfants du socialisme ». Dans son dernier ouvrage paru, La Supplication, elle retourne sur les lieux de la catastrophe de Tchernobyl, écoutant les voix, inouïes, de ceux qui ont vécu l’apocalypse.

Bibliographie :

- Les Cercueils de zinc, Christian Bourgois Editeur, réédition enrichie, 2002.
- Ensorcelés par la mort, Plon, 1995.
- La Supplication, Editions Jean-Claude Lattès, 1998.

A l’affiche le 20 novembre 2004
(2H00)
Suresnes
Théâtre Jean Vilar
16, place Stalingrad
92150 Suresnes

- Navette gratuite Paris - Suresnes : Départ de la navette 45 minutes précises avant l’heure de la représentation, à l’angle de l’avenue Hoche et de la place Charles de Gaulle Etoile, à proximité du métro et du RER. Retour assuré à l’issue de la représentation.

- En voiture de Paris : 10 minutes à partir de la Porte Maillot. Direction Bois de Boulogne puis Pont de Suresnes. A partir du Pont de Suresnes, suivre le fléchage « Cités Jardins » puis « Théâtre Jean Vilar ».

Transports en commun :
- Tram Val de Seine : La Défense / Issy-les-Moulineaux. Arrêt Suresnes Longchamps puis bus 144, 244
- Train : Saint Lazare / Saint Cloud. Arrêt Suresnes Mont Valérien puis bus 241
- Bus : 144 (arrêt Gustave Streseman), 241 (arrêt Place Stalingrad), 244 (arrêt Place de la Paix).

Navigation

AgendaTous les événements

novembre 2017 :

Rien pour ce mois

octobre 2017 | décembre 2017